Gaming

Nintendo Switch Sports : Entre Fun et Contradictions Modernes

Si vous vous souvenez de la distante année de… 2006. Il y a 16 ans. Ouch, vous vous rappelez très certainement du lancement chaotique de la Wii, puisque absolument tout le monde et littéralement leur grand-mère en voulait une ! Pour les joueurs, c’était principalement pour The Legend of Zelda Twilight Princess, éventuellement Red Steel et la promesse de futurs jeux vraiment cool, mais pour le reste du monde, le jeu qui les a motivés à créer des ruptures de stocks pendant quasi 6 mois tient en deux mots : Wii Sports ! Et pour le coup, ce qui pour Nintendo n’était qu’une simple démo technique de la console est devenu un véritable phénomène de société ! Tout le monde voulait y jouer, certains ont carrément détruit leur télé, faisant que Nintendo a été contraint de créer en urgence des millions de protections en silicone pour les Wiimote et même encore aujourd’hui le jeu est joué, notamment durant certains salons où l’on voit de vrais retraités s’éclater au bowling !

Et, pour le coup, la série des Wii Sports peut être plus ou moins associée au terme « démo technique ». Le premier a servi à introduire le motion gaming au grand public, Wii Sports Resort a servi d’introduction au Wii Motion +, qui rendait la détection de mouvements bien plus précise, et même si certains me diront que Pilotwings existait déjà comme démo technique pour la Super Nintendo et la Nintendo 64 et ne fait donc pas partie de la série Wii Sports, Pilotwings Resort démontrait les capacités de la Nintendo 3DS et prenait place sur l’île Wuhu, un lieu créé pour Wii Sports Resort donc erm… Voilà, on va dire qu’il y a un lien.

Oh et très peu de gens s’en souviennent, mais il y a aussi eu Wii Sports Club sur Wii U, qui introduisait… Erm… La HD un an après la sortie de la console, mais aussi et surtout le concept de free-to-start avec un système de ticket à 2€ qui permettait de jouer au jeu pendant 24h ou bien on pouvait payer 10 balles un des 5 sports proposés pour le posséder de manière permanente. Un système plutôt intéressant vu qu’on n’avait tendance à jouer à Wii Sports que quelques jours avant de le remettre au placard… Mais vu que le très bon Nintendoland existait déjà et était fourni avec la console, je doute que les gens se soient rués sur Wii Sports Club…

Ce qui fait que je trouve très drôle de voir toute cette hype autour de Nintendo Switch Sports, qui se présente comme le glorieux retour de la série « presque 13 ans après Wii Sports Resort », occultant le pauvre jeu sur Wii U qui se prend un taquet accidentel des joueurs par simple oubli.

Mais au vu de la nature de démo technique de la série, on peut légitimement se demander quel est l’intérêt de sortir Nintendo Switch Sports plus de 5 ans après la sortie de la Switch, puisqu’il ne propose pas vraiment d’innovations… Et puis après, on se rappelle de ce que j’ai dit 30 secondes plus tôt avec le fait qu’il y ait une hype créée par un certain élan nostalgique et tout devient bien plus logique.

Mais est-ce que ce nouvel épisode vaut les 40€ qu’il demande, là où l’original sur Wii était gratuit pendant plusieurs années avant d’être vendu séparément et que Resort proposait aussi un vrai accessoire utile ? Tout de suite, la question se complique un peu plus.

Wii Sports Ressort… Encore

Car ce que propose Nintendo Switch Sports, pour l’instant, c’est juste 6 sports que l’on peut boucler en moins de 40 minutes. Il y a du bowling, du foot, du chambara et trois sports de filet presque identiques que sont le tennis, le badminton et le volley-ball, et quelques mois après la sortie du jeu, il y aura du golf en plus. Tous les sports ne proposent qu’une seule version d’eux-mêmes à l’exception du chambara qui propose 3 gameplays un peu différents en fonction du sabre que l’on prend et le bowling propose un mode spécial avec des parcours d’obstacles plus ou moins vicieux. Tout est présenté via un menu stylisé et joli et toutes les épreuves prennent place dans un très joli complexe sportif. Que l’on ne peut pas explorer.

Alors oui, c’est le moment où je vais être un peu mesquin et faire une comparaison avec Wii Sports Resort, qui était sorti en 2009, mais Resort, lui, proposait 12 activités, soit le double de Nintendo Switch Sports (même si certains étaient un peu moins intéressants, on va pas se mentir), mais aussi il proposait de visiter l’île de Wuhu. Est-ce qu’explorer le complexe sportif de la version Switch aurait ajouté quelque chose ? Pas vraiment, sauf si peut-être ils avaient inclus un éventuel système de lobby pour rencontrer les joueurs, mais dans tous les cas, ça aurait rendu la présentation un poil moins froide et chirurgicale.

D’ailleurs, en parlant de chirurgie, ça m’amène au second point qui me rend extrêmement perplexe : les nouveaux personnages jouables, qui ressemblent un peu à des personnages d’Animal Crossing bourrés aux hormones de croissance. On peut toujours utiliser nos Mii pour les plus nostalgiques, mais personnellement, je me suis très vite fait à ces nouveaux avatars qui ont leur charme… Mais aussi des limites vraiment gênantes, car les options de customisation sont extrêmement limitées en commençant le jeu. À peine 6 coupes de cheveux, aucun accessoire, un seul type de vêtements et très peu de formes de visage… Bref, c’est pas la joie et c’est d’autant plus dommage quand on sait que beaucoup de gens ne joueront très certainement au jeu que quelques fois ici et là. Mais quand on comprend pourquoi c’est aussi limité, c’est là que ça commence à coincer un peu.

Car pour débloquer tous les accessoires, emotes et autres options de customisation, il faut obligatoirement jouer en ligne ! Et en plus, lesdits accessoires dépendent d’une rotation qui se fera environ toutes les 2 semaines, à la manière d’un jeu-service du style Fortnite ou Fall Guys. Oh et aussi on ne peut pas choisir les trucs que l’on gagne à chaque fois que l’on amasse assez de points, puisqu’ils se débloquent de manière aléatoire en fonction de la carte de récompense que l’on choisit.

Bon, heureusement, le truc rassurant, c’est qu’il n’y a pas de système de micro-transactions qui aurait ruiné le jeu et il ne suffit que d’amasser 100 points pour débloquer un truc, sachant qu’il y a 12 trucs à débloquer par carte et qu’en une partie de bowling en ligne, j’ai gagné 95 points juste en jouant normalement et rien que jouer à une épreuve rapporte 30 points, donc il est possible de compléter une carte en 2 ou 3 heures, à la louche, et même si l’idée ne me dérange pas pour débloquer des accessoires comme des boucles d’oreille, je trouve dommage qu’il faille aussi le faire pour tout ce qui est de la customisation physique des personnages, du style les coupes de cheveux ou les yeux. Tout le sel de ce genre de jeu est de s’amuser à faire son petit avatar pour des soirées entre potes, mais là si on n’a rien débloqué, bah on se retrouve juste avec 3 pauvres options et des personnages qui se ressemblent presque tous…

D’ailleurs, en parlant de jouer avec des potes, le jeu local est limité exclusivement au jeu sur télé, ce qui veut dire que si vous avez une Switch Lite, c’est mort (déjà qu’il vous faudra des Joy-Con séparés de la console, autant dire que c’est même pas la peine de prendre le jeu si vous n’avez pas 80€ à dépenser de base dans une paire sans compter le prix de l’abonnement en ligne). J’ai voulu y jouer avec un ami en déplacement, uniquement pour découvrir avec exaspération que c’était impossible et qu’il fallait obligatoirement amarrer la console à son dock.

Pour le coup, je comprends absolument la logique, puisque beaucoup de gens y joueront en mimant des gestes larges et donc le nombre de baffes à déplorer si on jouait en portable serait plus grand que ne le voudrait Nintendo, mais bon, quand on sait qu’on peut jouer au jeu en faisant des petits moulinets au poignet, personnellement ça m’exaspère un peu de ne pas avoir l’option d’y jouer en mode portable et ça fait qu’avec mon pote on a joué à Mario Kart.

Bon, à ce stade de la critique, vous devez imaginer que je déteste ce jeu, mais il n’en est rien. Au contraire, je me suis vraiment amusé dessus, car malgré la grande simplicité du gameplay où les déplacements de tous les sports sont quasiment automatisés, le simple fait de dominer ses adversaires est un plaisir dont je ne peux me détacher ! Le tennis est toujours aussi simple et fun et la précision des Joy-Con fait qu’on peut plus facilement sortir des lobs, et le chambara est vraiment très intéressant à jouer dès que l’on se met à affronter quelqu’un qui sait y jouer, puisque ça se transforme en jeu de patience où l’on cherche des ouvertures pour mieux frapper ! Et le bowling est toujours aussi fun, même si étrangement le placement de mon personnage par défaut semblait calé sur la position parfaite pour enchaîner les strikes ! Avec la bonne torsion du poignet, ça loupait presque jamais et j’ai beaucoup aimé la version avec les parcours d’obstacles !

Mais la plus grande surprise pour moi vient du foot, qui est de loin le sport où l’on s’implique le plus ! C’est pas mal inspiré par Rocket League, puisque le ballon est énorme et a une physique plutôt flottante, le nombre de joueurs est plutôt restreint et on peut booster pour faire des manœuvres plus techniques. J’imagine que le fait de pouvoir se déplacer aide aussi pas mal à rendre le truc plus fun, mais clairement je me suis beaucoup amusé dessus. Bon, par contre le tir au but est bien plus anecdotique et est plus un mini-jeu que l’on gagnera à tous les coups dès que l’on chope le timing, mais bon, au moins c’est bien que ça soit là.

Oh et erm… On blague souvent sur les télés cassées et le fait de mettre la dragonne pour éviter que la manette ne vole. En enregistrant du gameplay, j’ai senti le Joy-Con manquer de m’échapper des mains deux fois tellement je suais sur la fin, donc… Oui, suivez les instructions de sécurité, ça vaudra mieux pour votre matériel !

Côté présentation, le jeu est vraiment agréable à regarder avec de très jolis décors, même si encore une fois ça me fait regretter de ne pas pouvoir explorer ce lieu. Et musicalement, c’est sympa, même si je peine toujours à y trouver une musique vraiment marquante.

Au final, même si j’aime toujours autant la formule Wii Sports et que j’ai trouvé Nintendo Switch Sports bien fun, je ne peux m’empêcher d’être irrité par certaines des décisions qui ont été prises et qui font que pour pleinement profiter du jeu, il faille obligatoirement passer par le mode en ligne, tout ça pour la promesse future d’un contenu plus varié au détriment d’options disponibles plus immédiatement, et ce sans même parler d’un mode de jeu complet qui ne sera dispo que d’ici quelques mois !

Bien entendu, ça s’inscrit totalement dans la logique des jeux vidéo de ces dernières années de proposer du contenu sur la durée pour faire que l’on joue plus longtemps, mais le moi qui a grandi avec des jeux comme Devil May Cry 3 ou Super Smash Bros Melee et Brawl dont le vaste contenu était déblocable en jouant en solo tranquillement ne peut que se lamenter de cet état de fait.

Quoi qu’il en soit, est-ce que le jeu vaut le coup d’être pris ? Je me suis amusé dessus, donc je pencherais sur un oui. Mais clairement pas à 40€ et surtout ça dépendra vraiment de l’utilisation que vous voudriez en faire et avec qui vous voudriez y jouer, puisque en solo, ça ne vaut clairement pas le coup à moins de vouloir y jouer en ligne contre des inconnus à répétition. Avec des amis, ça peut être intéressant, mais là-encore, ça dépendra aussi de s’ils seraient intéressés à l’idée d’y jouer plusieurs fois, surtout vu le nombre d’alternatives existantes sur la Switch ! Ça reste une bonne corde à rajouter à son arc pour faire des soirées en multi, mais à voir si elle ne se casse pas trop rapidement.

Et ironiquement, je fais une analogie sur le tir à l’arc alors qu’il n’y est pas dans ce jeu, mais il y était dans Wii Sports Resort. Hum…

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page