Kayane

Blog

[Preview Nintendo Switch] Mario & Sonic aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020

C’est assez bizarre de se dire que la série des Mario & Sonic aux Jeux Olympiques existe depuis maintenant plus de 12 ans. J’ai encore l’impression que c’était hier que les internautes avaient tous hurlé de surprise et d’incompréhension en voyant ce cross-over improbable naître, mais nous voilà depuis bien longtemps habitués à l’idée, avec ce sixième volet basé sur les jeux olympiques de Tokyo ayant lieu l’an prochain !

Et oui, je sais que cette preview a beaucoup… Beaucoup d’avance (et j’en suis le premier surpris), le jeune sortant que dans un peu plus d’un mois, mais j’ai déjà le jeu complet entre les mains et ai pu jouer environ une heure au mode histoire et tâter les différents mini-jeux.

Histoire d’être clairs, il s’agit de mon premier Mario & Sonic, donc mes impressions seront celles du nouveau-venu à la série. Et pour l’instant, j’ai envie de dire que ça se présente plutôt bien !

Eau Limpiade

De ce que j’ai cru comprendre, pas tous les épisodes de Mario & Sonic avaient le droit à un mode Histoire, mais celui-ci en possède bel et bien un et justifie de manière aussi habile que clichée le fait que cet épisode possède des mini-jeux de style 8/16-bits : le Docteur Robotnik et Bowser voulaient piéger Mario et Sonic en les enfermant dans une fausse console de jeu, mais à cause de Bowser et Luigi, notre duo de héros et de méchants se retrouvent aspirés par la machine. Pour s’en sortir, l’une des deux équipes devra réunir le plus de médailles d’or dans les épreuves des J.O. De Tokyo en 1964 tandis que Luigi va tenter de trouver une solution à ce problème dans le « monde réel ».

Le mode Histoire n’est plus ou moins qu’un prétexte pour présenter chaque épreuve avec un minimum de contexte et je n’ai pas non plus l’impression que l’on aura droit à des twists dignes d’une histoire trop complexe, mais les échanges entre les personnages sont rigolos et je sens que c’est la team qui s’occupe d’écrire les scénarios des Sonic qui est derrière tant les personnages de l’univers Sonic sont respectés à la lettre. De plus, il est possible de visiter différents lieux de la capitale, aussi bien dans le monde rétro que moderne, discuter avec des PNJ et découvrir des anecdotes sur les J.O. grâce à des petites fiches disséminées ici et là. Personnellement, j’ai pu découvrir la chanson officielle des J.O. de 1964 en la tapant sur YouTube après avoir vu le nom dans le jeu et découvrir ensuite un remix pour ceux de 2020, donc c’était un petit bonus plus qu’appréciable.

Après, je n’ai pas l’impression que ce mode durera bien longtemps, mais quelque chose me dit qu’il y aura au moins une petite surprise qui fera que ça vaut le coup d’y consacrer un peu de temps. Ça et puis j’aime toujours autant l’écriture de la Sonic Team. Ça se prend pas la tête et c’est rigolo, donc ça fait parfaitement l’affaire !

Pour ce qui est de la sélection d’épreuves, on est en majeure partie sur du classique, mais non moins rigolo. 21 épreuves que l’on pourrait qualifier de classiques (tir à l’arc, équitation, karaté, etc), 3 épreuves de « rêve » proposant des épreuves plus fantaisistes comme un jeu de course d’hoverboards avec des objets à la Mario Kart ou bien du karaté en arène où le but est de remplir une grille en envoyant nos adversaires valser sur des cases et 10 épreuves rétro, qui reprennent des classiques comme la course ou le 110 mètres haies mais avec des sprites 8-bit pour Mario et 16-bit pour Sonic.

Et le truc cool… C’est qu’il n’y a pas du tout besoin d’utiliser de mouvements (sauf pour une seule exception) ou de secouer sa manette ! Absolument toutes les épreuves peuvent être joués avec les boutons, ce qui est génial si vous jouez en mode portable ou êtes allergique au motion gaming.

La seule contrepartie, c’est que j’espère que vous connaissez l’emplacement de chaque bouton par cœur, parce que certaines épreuves comme la gymnastique vont vous envoyer toutes les combinaisons de touches possibles et imaginables et je dois avouer que mon cerveau a parfois eu du mal à tout retenir correctement. Mais, et c’est parce que les épreuves ont très certainement été conçues avec le plus jeune public et le petit délai de réponse du motion control en tête, les épreuves comme le skateboard ou le surf ne m’ont pas paru aussi précis à la manette que je l’aurais souhaité. Tout a l’air à la fois trop permissif et pas assez, ce qui passe bien quand on joue avec les mouvements, moins quand on appuie sur les boutons. Bon après pour cette preview, je n’ai joué qu’une à deux fois à chaque type d’épreuve, donc prenez ces pensées comme des premières impressions, parce que j’imagine que les choses vont s’améliorer quand j’aurai passé plus de temps sur le jeu.

Et je n’ai pas encore pu tester le jeu en multi local. Il y a un mode en ligne, mais à moins de me concerter avec d’autres journalistes, je doute que j’aurai trop l’occasion de pouvoir m’y essayer d’ici à ce que le jeu ne sorte. J’espère juste qu’en multi on aura la possibilité de créer des sortes de listes d’épreuves ou bien que le jeu nous en propose, parce que je dois avouer que sélectionner chaque épreuve individuellement en solo me donnait la sensation de passer chaque épreuve en revue de manière un peu trop clinique.

Enfin, une partie qui m’a autant fait plaisir que rendu perplexe : les musiques.

La B.O. De Mario & Sonic aux J.O. de Sotchi était légendaire pour ses reprises de thèmes bien connus des fans de Mario et Sonic, la Sonic Sound Team s’en étant donnée à cœur joie sur cet épisode.

Ici, les musiques ont des sonorités japonaises plus que bienvenues et elles sont très cool… Mais je ne sais pas si c’est parce que je n’ai pas avancé suffisamment loin dans le jeu, mais j’ai l’impression que le nombre de pistes sera un peu limité, voire même un peu redondant sur le long-terme. Là-encore, c’est basé que sur environ 2h de jeu, donc peut-être que je me trompe juste. On verra.

Oh et un dernier détail rigolo : la plupart des personnages ont pas mal de costumes différents en fonction des épreuves. Ça n’a l’air de rien, mais c’est le genre de petit détail qui fait plaisir à voir et qui peut horrifier ou faire sourire quand on se rend compte que l’on voir Robotnik et Wario en maillot de bain.

En bref, pour l’instant Mario & Sonic aux J.O. de Tokyo 2020 s’annonce plutôt rigolo. Le mode solo se profile comme étant pour moi le mode le plus intéressant et je vais essayer de tester le multi pour voir ce que ça donne entre potes. Peut-être qu’il y aura quelques très bonnes surprises à en juger par les nombreuses choses à débloquer ici et là et je suis très curieux de les découvrir. Stay tuned !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *