Kayane

[Micro-critique sans (trop) de spoilers] Deltarune – La Suite d’Undertale !?

deltarune-undertale

Si vous étiez sur les réseaux sociaux le 30 Octobre et que vous êtes fan d’Undertale, il y a des chances pour que vous ayez perdu les pédales en voyant une série de tweets du compte officiel du jeu. Après une vingtaine de minutes particulièrement éprouvantes, nous apprenions… Qu’il faudrait attendre 24 heures avant de savoir ce qu’il se passerait. Yay.

Heureusement, Toby Fox, créateur du jeu, a tenu parole et ne nous a pas fait attendre quinze ans de plus en annonçant la mise en ligne d’un programme de sondage pour l’aider à déterminer ce qu’il pourrait faire par la suite.

Et ce sondage… C’est un jeu ! Gratuit ! Une suite spirituelle à Undertale ! Que vous pouvez télécharger ici et maintenant !

OH ! MES ! DIEUX !!!

Fait un peu Friské, non ?

deltarune-2

Pour des raisons évidentes de non spoil, je ne vais rien dire en dehors de cette phrase pour ce qui est du scénario : il est préférable d’avoir joué à Undertale et aussi et surtout d’en connaître tous les tenants et aboutissants avant de se lancer dans Deltarune. L’histoire reste accessible aux non initiés et vous vous plierez de rire plusieurs fois en voyant la débilité de certaines situations, mais le fan service est tellement présent dans cette expérience qu’il serait dommage de passer à côté de ça. Aussi, j’écris cet article après avoir passé trois heures dessus pour le finir (tout en prenant un bon 45 minutes à lambiner pour voir des dialogues optionnels, mais rigolos) et ai toujours du mal à comprendre ce que je viens de vivre. Votre cerveau sera totalement retourné au moment où vous finirez le jeu.

Pour ce qui est du gameplay, c’est du pur Undertale, mais en nettement amélioré !

Comme dans le premier épisode, les combats peuvent se jouer de deux façons : soit en donnant des coups comme dans n’importe quel RPG, soit en accomplissant des taches plus ou moins débiles pour tenter de faire fuir l’adversaire sans le tuer. La principale différence, c’est que là, on peut avoir une équipe comportant jusqu’à trois personnages, résultant en la possibilité de faire des actions coordonnées et où la mort n’est pas la fin. Pour le coup, quand un personnage du groupe tombe, il est possible d’attendre quelques tours que ses points de vie repassent dans le vert, sachant qu’il est possible que l’adversaire continue de s’acharner sur lui pour enfoncer sa vie encore plus dans le négatif, ce qui est aussi bien débile que génial.

Les phases défensives, comme dans Undertale, consistent à esquiver les attaques en faisant bouger notre coeur dans une arène restreinte pendant un certain laps de temps. La nouveauté ici est que l’on nous pousse à frôler la mort, car frôler les dangers permet de faire remplir une jauge spéciale permettant de lancer des sorts.

Les phases d’exploration de carte ont désormais droit à leurs propres séquences où l’on doit esquiver des boulettes, et ce sans transition, ce qui est surprenant et cool.

Et c’est sans évoquer les musiques, qui même si elles sont un poil moins mémorables que dans Undertale n’en restent pas dingues. Le thème des combats est particulièrement prenant et va très certainement vous faire un choc la première fois que vous l’entendrez.

Bref, je ne vais pas m’étendre plus longtemps, mais si vous avez deux ou trois heures à tuer et que vous adorez Undertale, vous ne devez SOUS AUCUN PRÉTEXTE passer à côté de Deltarune. Ce jeu va vous faire poser plus de questions qu’il n’en résoudra et vous donnera très certainement très envie de demander à Toby Fox ce qu’il a derrière la tête, car quelque chose me dit que ceci n’est que le début de quelque chose de bien plus grand…

Red Indispensable

Benjamin « Red » Beziat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>