Kayane

[Critique DLC Nintendo Switch] Splatoon 2 – Octo Expansion : The Lost Levels

Splatoon 2 Octo

Note : Code de l’extension fourni par Nintendo.

Splatoon 2 a connu une bien belle carrière depuis son lancement en Juillet dernier. Des DLC gratuits arrivant de manière très régulière, des tournois, des Splatfests et une bonne rotation des différents terrains de jeu lui ont permis non seulement de tenir sur la durée, mais aussi de voir sa vie rallongée plus que prévu par les développeurs eux-mêmes, passant d’un support sur une année à un support sur un an et demi. Bref, tout se passe plutôt bien pour la nouvelle poule aux oeufs de saumon dorés de Nintendo.

Et histoire de ramener les joueurs qui ne se sont contentés que de l’expérience solo ou bien ont joué quelques semaines en ligne avant de passer à autre chose, le studio en charge du jeu a décidé de sortir une toute nouvelle extension… Et bons dieux qu’elle en vaut le coup/coût !

Octo-PAF !

Comme d’habitude avec Nintendo, les extensions offertes pour ses jeux ne sont pas des minces affaires faites à la va-vite. L’extension Octo va bien au-delà de ce que l’on aurait pu en attendre en offrant non seulement 80 nouveaux niveaux (plus du double du nombre de niveaux proposés par le jeu de base), mais en plus se permet d’augmenter considérablement la difficulté. La raison est bien simple : les niveaux du solo du jeu de base étaient un tutoriel pour apprendre à maîtriser les bases et il aurait été redondant d’en proposer d’autres pour nous apprendre à jouer. Au lieu de ça, l’extension nous plonge dans le vif du sujet avec des niveaux parfois brutaux de difficulté, où les réflexes sont indispensables et une bonne compréhension des armes nécessaires. Certains niveaux imposent d’escorter une boule de billard d’un bout à l’autre du niveau, d’autres de devoir se débrouiller avec une réserve infime d’encre, de devoir escorter le stand mobile ou le bazookarpe comme dans le multi ou bien même d’affronter à nouveau les boss du solo dans des versions beauuuucoup plus difficiles. La variété est de mise et demandent parfois de se gratter un peu la tête, menant à des moments plutôt mémorables où les mécaniques de jeu sont beaucoup trop intelligemment utilisés.

La structure du DLC est plutôt intéressante : on est balancés dans un métro digne du métro parisien et il faut se débrouiller pour atteindre quatre points contenant des pièces d’un mystérieux Machin. Chaque niveau représente un arrêt sur les lignes et certains de ces arrêts sont liés à d’autres lignes que l’on pourra débloquer si on parvient à les conquérir. Certaines lignes sont plus difficiles que d’autres et parvenir à réunir les quatre pièces du Machin peut être demandant, mais pas inaccessible.

Car pour permettre à tout le monde de débloquer la récompense suprême, à savoir pouvoir jouer les Octalings dans le mode multi, Nintendo nous propose une nouvelle version du Super Guide. Ratez un niveau deux fois et vous pourrez payer le même montant que lorsque vous passiez l’épreuve pour simplement la valider. Le twist, c’est que même si vous débloquez la suite, vous ne recevrez qu’une fausse récompense de fin de niveau. Ces récompenses permettent de débloquer de nouveaux éléments cosmétiques pour votre personnage en multi si vous parvenez à finir tous les niveaux d’une ligne.

Notez aussi qu’il n’est pas nécessaire de finir les 80 niveaux (heureusement, vu comment certains sont brutaux) pour réunir tous les Machins et accéder au tronçon final. Personnellement, j’en ai fini une quarantaine et même si je sais que je ne les ferai pas tous, j’étais déjà plus que content d’avoir fait ceux que j’ai pu faire et ressenti à de très nombreuses reprises un grand sentiment de satisfaction en parvenant à conquérir les épreuves les plus difficiles.

L’autre truc vraiment cool qu’apporte ce DLC, c’est tout cet univers souterrain et détaillé. Le métro est lugubre et crade et les niveaux sont beaucoup plus dingues en terme d’esthétique que ceux du jeu de base. De plus, on a accès à des petits à-côtés à la fois rigolos et intéressants qui approfondissent beaucoup plus les personnages principaux et lient encore plus le premier et le second épisode… Et c’est sans compter sur le boss final, qui est digne des affrontements finaux de la série en plus d’offrir un retournement de cerveau et une esthétique dégueu/stylée que l’on aurait pas vraiment imaginé dans un jeu Nintendo destiné à un jeune public. Franchement, rien que pour cette surprise je trouve que le DLC vaut totalement le coup !

Je pense que vous l’aurez compris : si vous avez aimé Splatoon 2, vous vous devez de vous jeter sur cette extension. La difficulté est telle que vous aurez la sensation que les développeurs exploitent enfin pleinement le potentiel des mécaniques de jeu et le contenu est suffisamment dense pour justifier les 20€ demandés. Car même si le DLC dure entre 3 et 5 heures en ligne droite et avec l’aide du Super Guide, le finir à 100% pour obtenir tous les accessoires peut facilement prendre le double, ce qui est plutôt pas mal. Bref, si vous avez déjà le jeu et que vous ne l’avez pas encore fait, vous pouvez foncer les yeux fermés… N’oubliez juste pas de les rouvrir. C’est utile pour viser correctement.

Red Indispensable

Benjamin « Red » Beziat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>