Kayane

Blog

Les Cinq Meilleurs Jeux du Premier Semestre 2017 (Auquel Red A Pu Jouer) ! – 1ère Partie

nier-automata

Comme j’ai pu le dire et répéter, 2017 est une année exceptionnelle en terme de volume d’excellents jeux sortis. Ce volume est tellement énorme que faire une liste des meilleurs jeux de l’année en Décembre n’aurait aucun sens, car ce serait un coup à oublier pas mal de titres marquants.

Tales of Berseria, Resident Evil VII, Ni-Oh,  Prey, Gravity Rush 2, Yakuza Zero, A Normal Lost Phone, Dragon Ball Fusions, Night in the Woods, Northgard, Hollow Knight, Torment : Tides of Numénera, Shovel Knight : Specter of Torment, Fast RMX, Voez, Snipperclips, Styx : Shards of Darkness, Tôkiden 2, Snake Pass, Persona 5, The Sexy Brutale, Flinthook, Outlast 2, What Remains of Edith Finch, Yo-Kai Watch 2, Kamiko, Little Nightmares, Dead Cells, Polybius, Rakuen, The Surge, Injustice 2, Guilty Gear Xrd : Rev 2, Tekken 7, The Elder Scrolls Online : Morrowind, Monument Valley 2, Final Fantasy XIV : Stormblood… Tous ces jeux ont été salués à divers degrés par la critique et tous sont sortis durant les six premiers mois de l’année. Et… Tous ont en commun le fait que je n’ai pas pu y jouer, que ce soit par manque de temps, parce que je n’ai pas eu l’occasion de me les procurer ou bien je les ai commencés mais n’ai pas pris le temps de les finir (coucou Persona 5).

Donc oui, la liste est quelque peu prévisible pour ceux qui me connaissent, mais j’ai passé pas mal de bon temps sur les cinq jeux qui suivent que je ne pouvais qu’à nouveau les recommander :

5 : Fire Emblem Echoes : Shadows of Valentia

Fire Emblem Echoes

Fire Emblem Echoes est un retour aux sources pour la série d’Intelligent Systems et ça fait un bien fou ! Non pas que je n’aie pas aimé Fire Emblem Fates, mais si on m’avait servi un autre dating sim au scénario sous-développé, j’aurais probablement lâché l’affaire. Là, on se retrouve avec une histoire certes classique, mais bien plus sérieuse et bourrée de personnages intéressants. Et, enfin, nos personnages principaux ne sont pas de simples ardoises à marier à la personne qui nous plaît le plus et qui s’en prennent plein la tronche avec un sourire niais, mais un véritable duo traversant de manière logique les différentes épreuves qui leur sont balancées à la figure. L’écriture de ce remake est excellente, les doublages sont bien meilleurs que prévus et même si les phases d’exploration sont basiques au possible, l’envie de rendre la progression moins monotone est appréciable.

Est-ce le meilleur épisode de la série sur Nintendo 3DS ? J’ai envie de dire oui.

4 : Cave Story +

Cave Story

Alors oui, Cave Story est un jeu qui a plus de dix ans et qui est sorti sur toutes les machines possibles et imaginables. Et oui, le jeu n’est techniquement pas encore sorti en Europe, mais grâce aux soldes, j’ai réussi à mettre la main sur un exemplaire de la version Nintendo Switch pour un prix ridiculement bas et même si le gameplay et le level-design sont un poil plus lourdingues que dans mes souvenirs, il n’en reste pas moins un de mes jeux préférés. Son histoire est plus que prenante et surprenante et son univers tellement travaillé que même si on meurt à répétition, le système de points de sauvegarde et leur nombre est suffisamment généreux pour que la frustration se transforme en énergie nous motivant à recommencer. Juste pour la blague, j’ai envie de dire que c’était un Dark Souls indé avant l’heure.

En tout cas, cette version Switch ajoute une petite nouveauté de gameplay sous la forme du strafing et devrait pouvoir être joué en co-op dans les prochains mois grâce à une mise à jour.

Et oui, même si je ne l’ai pas encore refini, je sais déjà que je vais pleurer des larmes de sang face au véritable boss final, qui est aussi horrible d’un point de vue difficulté que niveau design.

3 : The Legend of Zelda : Breath of the Wild

Zelda Beach

Avant que vous ne vous enflammiez parce que j’ai mis « Le meilleur Zelda de tous les temps » seulement en troisième place, lisez mes arguments concernant les deux jeux qui suivent ainsi que mon point de vue sur ce jeu.

Bien évidemment que j’ai adoré mon temps passé sur Breath of the Wild et même si ça commence déjà à être à la mode de le critiquer en disant que c’est le pire épisode depuis Wand of Gamelon (comme quelques mois après la sortie de chaque épisode), je dois avouer que c’était un épisode en mode « Too much ». Trop de choses à voir. Trop de choses à faire. Et même si dans un sens, c’est parfait, puisque chacun peut vivre une aventure vastement différente de celle d’un autre joueur et s’en arrêter où il le souhaite, cette liberté abondante a pour effet négatif de rendre l’histoire un poil trop anecdotique. J’ai adoré le côté puzzle à reconstituer et les personnages, mais leur développement était beaucoup trop faible par rapport à ce que l’on aurait pu attendre d’eux. Après, il se peut que le DLC à venir cet hiver rectifiera ce point, mais ça reste encore loin par rapport à la date où j’écris cet article. Ça et puis les deux jeux qui suivent m’ont touché sur des plans assez différents, mais bien plus importants à mes yeux.

2 : Wonder Boy : The Dragon’s Trap

Wonder Boy Badass

Je ne cesserai de le répéter : Wonder Boy The Dragon’s Trap est le meilleur remake de tous les temps. Il ne se contente pas juste de reprendre un excellent jeu, mais il se le réapproprie et offre une vision plus personnelle, qui est celle qu’un enfant devenu grand en avait eu à l’époque où il y avait joué pour la première fois. Ce genre de démarche est admirable en soi, mais c’est aussi l’idée d’améliorer un minimum le jeu pour offrir une expérience à la fois authentique et modernisée qui le rend exceptionnel. Visuellement, c’est absolument dingue. Musicalement, c’est juste monstrueux. Et d’un point de vue level-design, c’est pas nécessairement parfait, mais ça n’en reste pas moins très bon.

Si tous les remakes pouvaient être comme celui-ci, je serais un homme comblé.

1 : NieR : Automata

Nier Automata 2

Alors oui, faire le jeu une seconde fois à la quasi-identique peut être un peu redondant, mais bons dieux que NieR Automata est un chef d’oeuvre. Là où la plupart des jeux tentent de nous faire vivre ne serait-ce qu’une seule émotion, NieR Automata parvient à nous les faire toutes vivre. Rire, choc, tristesse, confusion et joie… Tout y est et l’alternance entre les tons est maîtrisée avec une justesse folle. C’est un jeu que pas mal qualifieraient de principalement déprimant, du fait qu’il nous montre régulièrement des scènes tristes, mais ce n’est pas que ça. Et même si on se sent insignifiant une fois le jeu fini, on ne peut qu’éprouver un certain sentiment d’espoir une fois que l’on comprend le message que Yoko Tarô voulait nous délivrer.

NieR Automata est aussi la preuve que les jeux à gros budget en ont encore dans le ventre et seront prêt à risquer de se mettre à dos une partie du public visé pour offrir une expérience unique et personne et c’est également en ça que ce jeu a toutes les chances de rester un de mes jeux préférés de 2017.

… Même si l’année est encore loin d’être terminée et que l’on a encore des pépites potentielles comme Super Mario Odyssey, Xenoblade Chronicles 2, The End is Nigh, L’aventure Layton : Katrielle et la Conspiration des Millionnaires, Splatoon 2, Pyre, Lawbreakers, Hellblade : Senua’s Sacrifice, Uncharted : The Lost Legacy, Yakuza : Kiwami, Absolver, Mario + The Lapins Crétins : Kingdom Battle, Life is Strange : Before the Storm, Monster Hunter Stories, Dishonored : La Mort de l’Outsider, Metroid : Samus Returns, Marvel VS Capcom : Infinite, Pokkén Tournament DX, (la sortie Console Virtuelle de Pokémon Or et Argent), Danganronpa V3 : Killing Harmony, la SNES Mini avec Starfox 2, Cuphead, Steamworld Dig 2, Culdcept Revolt, Mario & Luigi : Superstar Saga + Les Sbires de Bowser, La Terre du Milieu : L’Ombre de la Guerre, The Evil Within 2, South Park : L’Annale du Destin, Assassin’s Creed Origins, Wolfenstein II : The New Colossus, Ni no Kuni II : Revenant Kingdom, Star Wars : Battlefront II, Pokémon Ultra Soleil/Ultra Lune, Fire Emblem Warriors, Etrian Odyssey V : Beyond the Myth, A Hat in Time, Moss et Spellforce III…

2017 va nous tuer…

Benjamin « Red » Beziat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>