Kayane

Blog

La petite sélection musicale de Février : amour… Amour, toujours !

Zelda Romance

Comme vous l’avez très certainement remarqué, je suis un très gros fan de musiques de jeux. Je trouve que l’on n’en entend jamais assez et c’est bien pourquoi j’ai décidé de faire ces petites listes mensuelles. Et oui, j’ai loupé le coche en ne la postant pas le 1er Février, mais erm… Disons que mon PC n’était pas en forme.

Et après quelques jours d’intense réflexion, incapable de trouver quoi que ce soit comme thématique pour l’article de ce mois, j’ai regardé d’un air dépité la télé, quand soudain… L’évidence ! C’est la Saint-Valentin, en fait ! Bon certes, quelques jours après la publication de cet article, mais quand même ! Célébrons l’amour avec des morceaux romantiques, tendres et sensuels ! Mais pas où commencer ?

Pourquoi ne pas commencer par LE morceau ? Le Thème de l’Amour de Final Fantasy IV, ou l’illustration musicale par Nobuo Uematsu d’une des plus belles histoires d’amour de l’ère 16-bits, ici rendue encore meilleure par Junya Nakano et Kenichiro Fukui pour le remake sorti sur Nintendo DS il y a sept ans (argh). Une balade à la fois douce et mélancolique qui nous transporte dans un autre monde.

Utilisé en pas mal de circonstances autres que l’amour, A Fate Accepted de la bande-son d’Odin Sphere majoritairement composée par Hitoshi Sakimoto et son collectif d’artistes Basiscape illustre pourtant certaines scènes de romance. Hélas, encore une fois, l’amour connaît un arrière-goût bien amer. À croire qu’en général, dans les RPG, les histoires d’amour finissent mal. Allez savoir. En tout cas, Odin Sphere ressort sur PS3/4/Vita cet été et il serait très bête de le rater !

Ceci dit, les scènes d’amour dans le jeu vidéo ne sont pas nécessairement sombres. Elles peuvent être guillerettes et légères, comme la musique illustrant les scènes de complicité entre Link et Zelda dans The Legend of Zelda Skyward Sword. Car oui, l’amour, ça peut très vite devenir niais avec beaucoup de bonne humeur et de coups bas que le spectateur extérieur trouveront exaspérants, mais bon, c’est comme ça. On sourit comme des benêts lorsque l’on est avec la personne que l’on aime et ce morceau me donne envie de sourire niaisement.

Mais l’amour, ça peut aussi être ce morceau de Yooka-Laylee, qui transpire le bonheur et la joie de vivre. Oui, on sort totalement du sujet, mais avouez quand même qu’en entendant ce morceau vous sentez l’amour qu’à David Wise pour la musique qu’il compose. D’ailleurs, je ne peux que vous conseiller d’écouter la bande-son de Donkey-Kong Country Tropical Freeze, qui est absolument démentielle et qui donne juste envie de voir Wise revenir sur le devant de la scène (ce qui est plus ou moins le cas avec Yooka-Laylee, remarque)

Mais sinon, n’y a-t-il rien de plus romantique que les histoires de chevaliers prêts à l’ultime sacrifice pour sauver leur bien aimée, quitte à ce que le combat final soit d’un véner bien violent et donne juste envie de batifoler dans les champs ? Eh, je sais pas trop où je vais avec ça, mais dans tous les cas, le thème du boss final de Pandora’s Tower reprend le Lebenstraum de Franz Liszt et lui ajouter une bonne grosse couche d’epicness. (Juste un peu dommage que le jeu soit aussi pète-bur…)

Et sinon, qu’en est-il des histoires d’amour tragiques ? Non parce que j’avais oublié de rajouter Nier, qui en propose un certes un peu mal mise en scène, mais n’importe quel prétexte est bon pour caser du Nier, doooonc… Voilà. Après, on peut aussi parler de l’amour d’un père pour sa fille, puisque c’est l’histoire d’amour la plus mise en avant dans le jeu. Ou bien de celle d’une femme pour sa grand-mère. Ça marche aussi.

Et hop, nouvelle digression pour parler de l’amour que peuvent avoir des gens pour leur folklore. En témoigne ce studio canadien qui a développé un jeu rendant hommage aux mythes et légendes de l’Amérique du Nord et qui a décidé d’illustrer musicalement tout ça avec des chants et instruments du coin. Et ça défonce. Franchement, même si le jeu ne paye pas de mine, n’hésitez pas à explorer le reste de sa bande-son, car elle vaut le détour !Et voilà pour la sélection du mois. J’aurais bien casé un morceau du film Dofus, puisque c’est LE film traitant le mieux de l’amour, mais je n’ai rien pour vous la faire écouter. Peut-être le mois prochain ? Nous verrons bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>